Tous les articles par Guy

nouvelles photos

voici les dernières photos prises par un ami photographe GUY ROGES  de passage à l’atelier .  Depuis sa venue l’atelier a retrouvé sa fonction première , c’est à dire espace de création et de recherches plastiques .

Les journées portes ouvertes ont été l’occasion de nombreuses échanges très enrichissants .L’hiver arrive à grands pas et les divers projets mis en route prennent forme mais il est encore un peu tôt pour les publier .

En ce qui concerne l’usine ,la rénovation du portail ancien est en bonne voie également .

 

 

vers la fin des travaux…

4 IMGP0157encore quelques finitions et l’atelier sera prêt à accueillir de nouvelles recherches et créations .La date d’inauguration est fixée :

ce sera pour les journées du patrimoine les 17 et 18 septembre prochain .

L’espace est magnifique et le cadre met bien mes œuvres en valeur ,mais surtout au delà de cela je suis fier d’avoir donné une nouvelle vie à cette usine qui est plus que centenaire .Elle témoigne du soin que nos anciens apportaient aux lieux mêmes de leur travail ,elle s’inscrit parfaitement dans le patrimoine industriel de la ville .

Il reste encore d’autres bâtiments qui mériteraient eux aussi une rénovation conséquente dans l’avenir …

L’usine

Je n’ai pas une idée romantique de l’usine. Il m’est arrivé quand j’étais petit, d’attendre mon père à la sortie du travail et je revois encore défiler tous ces visages fatigués après une dure journèe de labeur. C’était impressionnant et alors l’usine devenait un lieu  inhumain, un bâtiment imposant ou l’on entrait pour gagner sa vie ,libéré le soir et repris le matin par les engrenages, énormes roues dentées dévorant la vie.

Aussi je peux imaginer ceux-la du textile ,travaillant dans le bruit et la poussière , les machines et les bras en cadence .S’il a fallu que cette période soit révolue ,pour que l’on puisse maintenant regarder cette époque avec une certaine nostalgie ,les vestiges sont marqués d’une vie que nous devons respecter .

Ici à Lodéve ,les batiments semblent dérisoires face à la nature et aux montagnes qui les dominent .Il n y a ni ‘harmonie ni conflit .la rivière traverse l’usine apportant l’énergie essentielle et les hommes apporte la leur ,le temps s’écoule avec l’eau .

Peut être un jour il n’y aura plus rien mais maintenant on ressent une impression étrange , fascinante, née de la fusion d’une nature toujours recommencée avec le courage de tous ces hommes rassemblés ici par centaines ,réunis par le travail et le silence revenu après l’arrêt des machines .

 

IMGP0159IMGP0201IMGP0207IMGP0206IMGP0210IMGP0225IMGP0226IMGP0168

La Grille

A l’origine, coté route , l’usine était bordée par une grille faite de barreaux droits surmontés de piques stylisées en fonte sur une cinquantaine de mètres. La qualité de l’ouvrage ne faisait pas de doute mais malheureusement au fil du temps elle s’était tant dégradée qu’il n’était plus possible de la restaurer dans l’état, et seule une petite partie restait.

Les temps avaient changés et la fonction de défensive avait perdu tout son sens.

Aussi en concertation avec monsieur Max Martinez entrepreneur de maçonnerie de Lodève nous avons choisi de réaliser un muret en pierre rouge du Salagou -les tuffes- à la façon ancienne, comme les murets qui bordent les vignes dans le pays.

Puis j’ai inséré des motifs carrés reprenant les anciennes pointes en fonte recomposées pour donner un aspect décoratif original, ni pompeux ni agressif. A l’entrée le même motif est entouré des caillebotis -très présents à l’intérieur de l’atelier- inséré dans un rectangle tronqué qui rappelle les motifs du portail, achevant ainsi de relier le passé avec le présent, le moderne et l’ancien.

Je tiens à remercier Monsieur Martinez et son équipe, travaillant dans la chaleur torride de juillet, allant chercher dans les montagnes aux alentours les précieuses pierres rouges, le tout avec gentillesse et ponctualité.

 

Il a neigé à Lodève

Ce matin-là autour de LODEVE , les vignes et les oliviers étaient recouverts de neige. Elle était tombée durant toute la nuit, et comme il faisait doux , elle allait disparaître bientôt.

Le lac SALAGOU , en plus des couleurs rouge et bleu , y recevait le blanc pur comme un écrin .

Le ciel encore chargé drainait les derniers nuages .

Un instant magique …je revenais à l’atelier le cœur débordant de la Beauté du Monde ..